Communistes libertaires de la CGT

SNCF : La fédé CGT ne s’oppose pas à l’accord d’entreprise

mardi 19 juillet 2016

La récente lutte des cheminots et cheminotes s’étale sur plus de 3 mois ; en juin, durant deux semaines elle a pris la forme d’une grève reconductible. Nous avions déjà dénoncé la déconnexion pratiquée entre les appels à la grève à propos des dossiers professionnels et les journées interprofessionnelles contre le projet de loi Travail. Tactique qui aboutit à la multiplication de grèves « carrées » (24 ou 48 heures) durant près de trois mois avant de se résoudre enfin à un appel à la grève reconductible. Cette tactique était désastreuse, amenant les cheminots à combattre sur les deux fronts séparément là où il aurait fallu lier les deux sujets. Plusieurs syndicats CGT locaux ont d’ailleurs bataillé publiquement contre cette orientation.

La confusion et la timidité politique de la direction fédérale a logiquement produit une démoralisation qui s’est traduit au moment de la signature, ou non, de l’accord d’entreprise. Plus de 40% des mandats ont été portés pour une signature de la fédération CGT ... après 15 jours de grève contre le texte en question ! Les renoncements ont leur logique. Comment ensuite s’étonner que la fédération refuse de faire jouer son droit d’opposition ? Ce choix demeure peu compréhensible pour beaucoup de grévistes, beaucoup de syndiqués et de militants CGT. En refusant de se joindre à SUD-Rail, la fédération CGT prend la décision de rendre valide l’accord d’entreprise, alors qu’il était possible de le rejeter.

Dès le 7 juin, la fédération écrivait « Les évolutions du texte définitif lors de cette séance de négociations amènent la future règlementation sur l’aménagement du temps de travail applicable aux cheminots de la SNCF au niveau du RH 0077 ». C’est à partir de cette date qu’il n’y a plus eu d’appel fédéral CGT à poursuivre le mouvement … qui a tout de même duré une semaine encore, obligeant la fédération à corriger un peu le tir dans ses expressions ultérieures.

Les grévistes l’ont réaffirmé bien au-delà du 7 juin : cet accord est mauvais, il reprend des dispositions plus négatives que notre précédente réglementation du travail, le RH 0077 :

Les articles 6 et 26 organisent un renforcement de la flexibilité (déjà très présente à la SNCF) puisque « les agents pourront être informés de la modification de la succession des journées de service et des repos au plus tard 24 h avant le début du jour concerné et de la modification de leurs heures de travail au plus tard 1 h avant ».
L’article 25 permet de faire disparaître un tas de roulements 3x8 dans les postes d’aiguillage par la mise en place de journées de travail allant jusqu’à 9h23 d’amplitude.
Les articles 37 et 38 permettent de délocaliser les prises de service notamment à l’Equipement.
L’article 4 reprend une définition du personnel roulant toujours trop restrictive tandis que le 44 demeure inacceptable quant à la qualification des navettes.

Surtout il y a « l’innovation » de l’article 49 : « En vue de permettre d’établir des conditions de travail répondant aux aspirations du personnel, ou pour tenir compte des spécificités de la production, les roulements de service, tableaux de service et tableaux de roulement peuvent être modifiés au plan local, en aménageant certaines limites fixées par le présent accord. A cet effet, le chef d’établissement est habilité à réaliser de telles modifications ». Ce ne sont pas les conditions mises qui empêcheront les dérives : « Les modifications apportées aux roulements de service (…) doivent respecter au minimum les stipulations de la convention collective nationale de la branche ferroviaire. Les modifications sont validées par la majorité en nombre des organisations signataires du présent accord. Des dispositions de compensations en temps et/ou en rémunération sont prises au bénéfice des salariés concernés ».

L’article 49 de l’accord d’entreprise, c’est la loi Travail qui s’applique par anticipation à la SNCF ! Sans doute la grève a permis d’améliorer le contenu de l’accord d’entreprise. Mais les manœuvres de la direction fédérale ont clairement saboté les mobilisations à la SNCF. Les débats de bilan seront tendus !

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0