Communistes libertaires de la CGT

SNCF : Vers la grève reconductible

samedi 17 mars 2018

L’annonce par la CGT, rejointe par la CFDT et l’UNSA n’aura pas surpris nos lecteurs puisque l’info courait déjà depuis quelques jours. C’est le retour de la grève presse-bouton : les dirigeants syndicaux décident et les travailleurs obéissent... Mais ça ne marche plus comme ça !

Dans une entreprise de la taille de la SNCF, devant l’éparpillement des forces syndicales et les crispations qui vont avec, la méthode proposée est vouée à l’échec.

La direction de la fédération a visiblement peur d’être débordée par les grévistes et cherche à garder le contrôle sur le mouvement. Son objectif c’est de maintenir une pression suffisante pour négocier des arrangements à la marge. Ce défaitisme, ce pessimisme ne sont pas dignes d’une direction fédérale à la veille d’une bataille décisive. C’est au contraire dans les traditions d’AG unitaires par gares, par secteurs qu’il faut puiser l’énergie nécessaire à construire un mouvement à la hauteur des attaques. Donner confiance aux cheminot.es c’est d’abord leur confier la direction de leur grève.

Dans la CGT et parmi les salariés ce choix tactique est heureusement fortement contesté. Car le conflit qui vient dépasse largement la question du « statut des cheminots » et tout le monde en est conscient. Briser l’austérité et redonner les moyens pour des services publics de qualité, tel est l’enjeu. Il est déjà suffisamment élevé pour que les cheminots soient légitimement dans le doute au moment d’affronter le gouvernement. Ils ont besoin de se faire confiance et de créer la convergence la plus forte possible.

Dans la convergence la plus large possible, il s’agit bien d’une occasion, après nos échecs de 2016/2017, de stopper Macron et l’offensive libérale qui déferle. Pas les cheminots tous seuls bien sûr, mais dans la convergence avec les cheminots. Pour que les cheminots puissent jouer le rôle de locomotive (et même si certains sont fatigués d’avoir à tenir ce poste) ils ne peuvent pas être au travail 3 jours par semaine.

C’est pourquoi après avoir réussi la manif nationale du 22 à Paris, il faut préparer démocratiquement et dans l’unité la plus large les AG locales qui décideront, ou non, de partir en grève reconductible. Seules les AG de grévistes pourront dépasser les rancunes entre syndicats. A l’aube d’une telle bataille, il ne s’agit pas d’oublier les coups bas et les trahisons des uns ou des autres mais il serait mortel d’en faire des préalables.

Une grève longue ne garantie ni la victoire ni l’élargissement à d’autres salariés et la convergence de toutes les résistances. Mais c’est la seule solution qui peut nous faire gagner.

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0