Communistes libertaires de la CGT

Seine-Maritime : Les travailleurs et leurs syndicats décident !

jeudi 12 avril 2018

Ruffin à Paris, Mélenchon à Marseille, ils sont nombreux les chefs politiques qui pensent devoir décider à la place des travailleurs et de leurs syndicats du rythme des mobilisations. Ce contournement des syndicats, même paré des couleurs d’une radicalité affichée, ne sera jamais rien d’autre qu’une impasse. La bataille de conviction pour mobiliser les travailleurs se joue d’abord dans les entreprises, dans les syndicats, avec la grève comme perspective. Si le soutien des organisations politiques peut être utile, c’est dans la bataille idéologique contre le libéralisme et les privatisations ; pour la défense des services publics, de leur gratuité et de leur qualité ; ou encore pour aider à l’expression de la solidarité des usagers. De ce point de vue nous mettons ici en avant l’appel intersyndical de Seine-Maritime :

Manifestons le 14 avril aux côtés des cheminots en grève, Pour le service public Pour la défense des conventions collectives et des statuts.

Les Unions Départementales CGT, FORCE OUVRIERE, FSU et SOLIDAIRES de Seine Maritime se sont réunies le 11 avril 2018. Les travailleurs du secteur public comme ceux du secteur privé sont confrontés aux mêmes politiques rétrogrades du gouvernement Macron qui souhaite en finir avec l’ensemble des protections et des acquis obtenus de hautes luttes. En pratique, c’est la casse du code du travail et des conventions collectives dans le secteur privé et les attaques contre les statuts et les missions dans le secteur public. Les retraités, les privés d’emploi et précaires, les lycéens et les étudiants sont eux aussi touchés de plein fouet par les mesures gouvernementales. Face à ces attaques, aucun secteur ne doit rester isolé. Il faut hausser le rapport de force en restant unis et déterminés sur nos revendications. Les cheminots avec les syndicats CGT, Solidaires, CFDT, UNSA, FO, ont engagé une puissante grève nationale depuis le 3 avril contre les diktats de Macron pour casser la SNCF et leur statut.
►Ils s’opposent à l’ouverture à la concurrence, qui signifie le bradage aux appétits du privé.
►Ils défendent 9000 km de petites lignes menacées de fermetures.
►Ils défendent le fret SNCF, facteur d’écologie et de sécurité pour toute la population.
►Ils défendent leur statut et refusent l’absence de droit et la précarisation que Macron veut imposer à tous les jeunes. Ils ont raison, leur combat est le nôtre. Les syndicats de cheminots de Rouen et de Dieppe ont lancé un appel à manifester avec les Usagers le 14 avril en affirmant : « Nous allons devoir nous battre ensemble ». CGT, FO, Solidaires, et FSU de Seine Maritime appellent tous les salariés, jeunes et retraités à rejoindre ces rassemblements, appellent tous leurs syndicats à organiser la solidarité aux côtés des cheminots ce jour-là et les suivants. Le 14 avril nous réaffirmerons l’ensemble de nos revendications comme l’abrogation des lois Rebsamen, El Khomri et des ordonnances Macron, la défense des statuts et des conventions collectives, l’interdiction des licenciements et des suppressions de postes, l’augmentation générale des salaires, des traitements et des pensions, la défense de notre système de retraite, le refus de la réforme ferroviaire, de celle du baccalauréat de l’accès à l’université. Il s’agira aussi de défendre les libertés syndicales et le droit de grève au moment où les pressions s’exercent contre la grève à la SNCF.
Rouen : 10h30 cours Clémenceau. Dieppe : 10h30 devant la gare.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0