Communistes libertaires de la CGT

Sexisme, homophobie et violence : indéfendables !

mercredi 13 septembre 2017

Les militants de la CGT sont des travailleuses et des travailleurs parmi d’autres. Leur conscience de classe se manifeste contre l’exploitation capitaliste mais ils ne sont pas à l’abri des préjugés sexistes, racistes, homophobes qui restent, malheureusement, puissants dans notre société.

La CGT a d’ailleurs une politique active sur ces thèmes. Les commissions femmes et LGBT sont soutenues par la direction confédérale. Les grèves de sans-papiers sont suivies et soutenues au plus haut niveau depuis de nombreuses années. Les formations syndicales de base intègrent de plus en plus ces thématiques. L’exclusion de militants connus comme militants FN est devenue automatique.

Les slogans homophobes type « Macron on t’encule » sont bien sûr inacceptables, même si les camarades qui les lancent n’y voient pas réellement une agression homophobe. Ceux là doivent entendre comment un camarade manifestant, par ailleurs homosexuel, peut ressentir ce genre de slogan.

Il semble avéré par ailleurs qu’à Paris le 12 sept, des militantes autonomes ont échangé des coups avec des militants participants au SO après des réactions sexistes qui répondaient à une agression verbale « traditionnelle » taxant les militants du SO de flics, fachos et autres infantiles amabilités.

Si nous renvoyons dos-à-dos les insultes stupides échangées, il n’est pas possible d’excuser ces violences physiques, quand bien même la provocation viendrait les expliquer. En Ile de France, la direction du SO fait de gros efforts d’éducation et de consignes envers les travailleurs qui y participent. Manifestement il faut faire plus et mieux.

Quant aux militant-es autonomes, nous leur disons encore une fois qu’au lieu de tenter de s’emparer de la direction des manifestations de masse qu’ils sont incapables de convoquer eux-mêmes, il serait plus utile et mieux compris qu’ils exercent leurs talents autrement et ailleurs, dans l’esprit des mobilisations alter-mondialistes et le respect des formes d’actions de chacun.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0