Communistes libertaires de la CGT

Syndicalistes en prison : L’Espagne montre l’exemple !

samedi 13 février 2016

Les lois anti-sociales et anti-syndicales ont été renforcé ces dernières années pour tenter d’endiguer le mouvement de résistance populaire face à l’austérité. 8 ans de prison (!) pour participation à un piquet de grève : ce nouveau record européen nous rapproche des records mondiaux !!! Avec 8 petits mois pour les Goodyear, la France est encore à la traîne... Encore un de ces « tabous » qui bloquent la modernisation de notre pays !

09.02.2016

On estime à 5.000 les personnes ont marché pendant trois heures aujourd’hui à Madrid en bravant le vent et la pluie pour protester contre le procès intenté à huit syndicalistes qui font face à un total de 66 ans en prison pour avoir fait grève.

Les huit travailleurs, qui appartiennent aux affiliés de IndustriALL Global Union, CC.OO de Industria et MCA-UGT, sont accusés d’avoir rejoint un piquet de grève à l’entrée d’Airbus à Getafe, dans la banlieue de Madrid, dans le cadre d’une grève générale le 29 septembre 2010.

Alors que le procès commençait aujourd’hui, IndustriALL a rejoint les syndicats espagnols, avec IndustriALL Europe et des membres des syndicats d’Airbus unions en Belgique et en France, dans une marche animée jusqu’aux tribunaux de Getafe pour soutenir « Airbus 8 ».

Il s’agit du début d’une série de manifestations prévues pour les quatre jours du procès qui doit se terminer vendredi.

La sévérité de la sanction demandée par le procureur, qui est de huit ans et trois mois de prison pour chaque travailleur, est jugée tout autant comme une attaque des autorités espagnoles sur les syndicats et le droit de grève.

Les huit syndicalistes, Tomás García, Enrique Gil, Rodolfo Malo, José Alcazar, Raúl Fernández, Armando Barco, Jerónimo Martín et Edgar Martín, sont tous inculpés selon l’article 315.3 du code pénal espagnol, qui prévoit une peine de prison pour participation à un piquet syndical de grève.

Plus de 300 syndicalistes font face actuellement à des peines de prison en Espagne en vertu de la même loi, qui n’avait servi jusque-là que du temps de la dictature du général Franco.

Le secrétaire général de IndustriALL, Jyrki Raina, a déclaré :

« Il est incroyable que l’Espagne puisse avoir recours à une législation obsolète et oppressive pour emprisonner des travailleurs qui ne font qu’exercer leur droit de grève fondamental. Les tentatives des autorités espagnoles pour réduire au silence les syndicats et intimider les travailleurs et travailleuses sont un triste retour en arrière pour la démocratie. »

Les huit accusés ont été rejoints par plusieurs centaines de travailleurs et travailleuses devant Airbus qui protestaient contre les mesures anti-austérité et les changements apportés au code du travail dans le cadre de la grève générale en Espagne. La protestation pacifique a pris fin dans la panique quand les forces de police anti-émeute ont tiré des coups de feu en l’air provoquant la fuite des gens pour se mettre à l’abri et que plusieurs personnes ont été blessées dans la cohue. Les huit hommes nient fermement les accusations portées contre eux « d’action violente » et « d’attaque au droit de travailler ».

La marche organisée aujourd’hui était conduite par le secrétaire général de la confédération espagnole CCOO, Ignacio Fernández Toxo, et par le secrétaire général de la confédération UGT, Cándido Mendez. La manifestation a coïncidé avec une puissante campagne des médias sociaux sur le thème « Faire grève n’est pas un crime » (#LaHuelgaNoEsDelita) et « Ils ne sont pas 8, nous sommes des milliers » (No son 8, somos miles).

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0