Communistes libertaires de la CGT

URIF : Pleurnicher ou Résister ?

mercredi 14 septembre 2016

Nous publions ci-joint un communiqué de l’Union Régionale Ile de France à propos de la manif du 15. De toute évidence la Préfecture ne cache même pas son intention de poursuivre la mise sous tutelle des manifestations syndicales. Le communiqué dénonce correctement la volonté politique de contrôler les voitures syndicales, les camarades du SO, les banderoles et les manches de drapeaux... Mais nous ne voulons plus de ces manifs qui sont comme des promenades de prisonniers dans leur cour de prison !

Cependant une phrase du communiqué fait problème :
« Nous invitons tous les manifestants à éviter toutes les provocations d’où qu’elles viennent. »
Or la question n’est pas « d’éviter » les affrontements mais de les « gagner » ! Il s’agit bien d’un choix politique et des dispositions nécessaires à les assumer : Nous voulons gagner le droit de manifester comme bon nous semble malgré la volonté gouvernementale de mettre à genoux la CGT !

Voici le communiqué intégral :{}}}

COMMUNIQUE

MANIFESTATION DU 15 SEPTEMBRE 2016

Le lundi 12 septembre, l’intersyndicale a rencontré le Préfet de Police ainsi que la direction de la DOPC sur les conditions d’organisation de la manifestation du 15 septembre.

D’entrée de jeu, la délégation CGT a vivement protesté contre les conditions inacceptables dans lesquelles se sont déroulées les dernières manifestations.

Plusieurs militants, notamment, chargés d’assurer la sécurité du cortège, ont été arrêtés et font l’objet de poursuites judiciaires, amplifiant les actes de criminalisation syndicale. La délégation CGT a également protesté contre l’impossibilité de rejoindre la manifestation en cours de parcours.

Le droit de manifester est aujourd’hui clairement remis en cause, à la « faveur » de l’état d’urgence qui fournit un prétexte pour tenter de museler le mouvement social et faire taire les organisations syndicales.

La Préfecture de Police veut aujourd’hui mettre en place des conditions draconiennes entre autre, pour l’accès des véhicules syndicaux sur la manifestation. En clair, la préfecture de police, sous prétexte de mise en œuvre de mesures techniques créé les conditions d’une quasi interdiction de manifester dans les faits.

Nous invitons tous les manifestants à éviter toutes les provocations d’où qu’elles viennent.

Notre objectif est la création d’un rapport pour obtenir l’abrogation de la loi travail et la satisfaction de toutes les revendications des salariés.

Montreuil, le 14 septembre 2016
Videos mises à disposition par nos amis d’Infocom-cgt

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0