Communistes libertaires de la CGT

Violences : Déclaration des UL du 92 Sud

mardi 11 décembre 2018

Nous publions ici une déclaration des UL d’Issy/Meudon et Plessis/Clamart/Châtenay :

Nos UL dénoncent le communiqué unitaire publié à l’issue de la réunion des confédérations syndicales du jeudi 6 décembre.
Ce communiqué salue les « portes du dialogue ouvertes par le gouvernement » alors que les mesures annoncées sont de nature à satisfaire le MEDEF mais pas les salarié-e-s !
Pire, ce communiqué répond à l’appel au calme demandé par Macron qui tente d’étouffer les légitimes mobilisations et revendications des salarié-e-s et de la jeunesse ! Ainsi, ce communiqué désavoue et porte atteinte à nos camarades d’Air France aujourd’hui licencié.e.s, à nos camarades cheminot.e.s, de l’Energie, de la Poste, au secrétaire général de l’UD du Lot trainé devant la justice …, comme aux centaines de militant-es qui sont victimes de la justice de classe et de la répression patronale !
La violence c’est de laisser des gens dormir dans la rue ou leur voiture alors qu’ils ou elles travaillent et qu’ils ou elles ne peuvent pas vivre avec ce qu’ils ou elles gagnent. La violence c’est de voir nos lycéen.n.e.s matraqué.e.s alors qu’ils/ qu’elles dénoncent un système injuste de sélection. La violence c’est de voir des Pdg du CAC 40 qui engrangent des millions et qui n’hésitent pas, pour plus de profit, à licencier des salarié.e.s. La violence ce sont les lois travail qui bafouent nos droits. La violence c’est de taxer toujours un peu plus les pensions et retraites de nos ainé.e.s qui vivent de plus en plus dans la précarité. La violence ce sont nos citoyen.n.e.s qui en début de mois ne mangent pas à leur faim. La violence c’est l’inégalité des salaires entre les femmes et les hommes. La violence c’est de diminuer les impôts pour celles et ceux qui ont les moyens d’en payer et augmenter les taxes pour celles et ceux qui n’arrivent pas à vivre de leur travail. La violence c’est le stress et le harcèlement que subissent de plus en plus de travailleur.s.e.s. La violence c’est la précarité des emplois. La violence c’est de culpabiliser les citoyen.n.e.s qui sont contraint.e.s d’utiliser leur voiture à cause de la disparition des transports en commun et de la fermeture des services publics. La violence c’est de faire toujours plus que ce qui a été fait depuis des décennies et qui conduit dans des impasses sociales et écologiques et dont la sortie sera encore plus difficile pour les plus pauvres.
Nos Unions Locales continueront de dénoncer et de combattre la vraie violence qui est celle d’une classe dominante contre le monde du travail !! Faisons de nos luttes au quotidien, un élan solidaire.
C’est pour cela que nous demandons que la Confédération retire sa signature de ce communiqué, et appelons à amplifier les mobilisations et luttes afin de gagner de nouveaux droits pour toutes et tous.
Redevenons crédibles et en phase avec nos valeurs et convictions !

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0