Communistes libertaires de la CGT

Violences : Déclaration des UL du 92 Sud

mardi 11 décembre 2018

Nous publions ici une déclaration des UL d’Issy/Meudon et Plessis/Clamart/Châtenay :

Nos UL dénoncent le communiqué unitaire publié à l’issue de la réunion des confédérations syndicales du jeudi 6 décembre.
Ce communiqué salue les « portes du dialogue ouvertes par le gouvernement » alors que les mesures annoncées sont de nature à satisfaire le MEDEF mais pas les salarié-e-s !
Pire, ce communiqué répond à l’appel au calme demandé par Macron qui tente d’étouffer les légitimes mobilisations et revendications des salarié-e-s et de la jeunesse ! Ainsi, ce communiqué désavoue et porte atteinte à nos camarades d’Air France aujourd’hui licencié.e.s, à nos camarades cheminot.e.s, de l’Energie, de la Poste, au secrétaire général de l’UD du Lot trainé devant la justice …, comme aux centaines de militant-es qui sont victimes de la justice de classe et de la répression patronale !
La violence c’est de laisser des gens dormir dans la rue ou leur voiture alors qu’ils ou elles travaillent et qu’ils ou elles ne peuvent pas vivre avec ce qu’ils ou elles gagnent. La violence c’est de voir nos lycéen.n.e.s matraqué.e.s alors qu’ils/ qu’elles dénoncent un système injuste de sélection. La violence c’est de voir des Pdg du CAC 40 qui engrangent des millions et qui n’hésitent pas, pour plus de profit, à licencier des salarié.e.s. La violence ce sont les lois travail qui bafouent nos droits. La violence c’est de taxer toujours un peu plus les pensions et retraites de nos ainé.e.s qui vivent de plus en plus dans la précarité. La violence ce sont nos citoyen.n.e.s qui en début de mois ne mangent pas à leur faim. La violence c’est l’inégalité des salaires entre les femmes et les hommes. La violence c’est de diminuer les impôts pour celles et ceux qui ont les moyens d’en payer et augmenter les taxes pour celles et ceux qui n’arrivent pas à vivre de leur travail. La violence c’est le stress et le harcèlement que subissent de plus en plus de travailleur.s.e.s. La violence c’est la précarité des emplois. La violence c’est de culpabiliser les citoyen.n.e.s qui sont contraint.e.s d’utiliser leur voiture à cause de la disparition des transports en commun et de la fermeture des services publics. La violence c’est de faire toujours plus que ce qui a été fait depuis des décennies et qui conduit dans des impasses sociales et écologiques et dont la sortie sera encore plus difficile pour les plus pauvres.
Nos Unions Locales continueront de dénoncer et de combattre la vraie violence qui est celle d’une classe dominante contre le monde du travail !! Faisons de nos luttes au quotidien, un élan solidaire.
C’est pour cela que nous demandons que la Confédération retire sa signature de ce communiqué, et appelons à amplifier les mobilisations et luttes afin de gagner de nouveaux droits pour toutes et tous.
Redevenons crédibles et en phase avec nos valeurs et convictions !

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0