Communistes libertaires de la CGT

Violences sociales : la CGT divisée plus que jamais !

jeudi 6 décembre 2018

Après une réaction attentiste, frôlant parfois le mépris à l’égard des personnes mobilisées, la CGT avait repris pied avec la lutte sociale en cours menée par des « Gilets jaunes » surprenants toujours, énervants parfois, fondamentalement ancrés dans les revendications populaires toujours.

Dans les localités nombre de convergences se sont heureusement construites.

Et même si la date tardive du 14 décembre semblait éloignée des rythmes propres au mouvement, nombre de syndicats s’engageaient dans la journée d’action.

Et puis patatras ! Depuis le siège de la CFDT, une déclaration unitaire CFDT, CGC, FO, UNSA, CFTC, FSU et CGT venait anéantir le travail de rapprochement effectué dans les régions ! Une déclaration qui affirme :

« Le gouvernement, avec beaucoup de retard, a enfin ouvert les portes du dialogue. »
Ah bon ???

« Le dialogue et l’écoute doivent retrouver leur place dans notre pays. C’est pourquoi nos organisations dénoncent toutes formes de violence dans l’expression des revendications. »
Toutes formes ? Y compris la grève, le blocage ???

Le même jour les organisations patronales votaient une motion en des termes très proches...

Heureusement les réactions en internes ont été immédiates, conduisant à un communiqué de la CGT qui condamne les violences policières et refuse de participer à la mascarade de concertation offerte par Pénicaud. Mais le communiqué redit que la CGT « n’a jamais prôné l’action violente » ce qui est évidemment historiquement faux et politiquement navrant...

L’UD 13 et la Fédé de la Chimie demandent un CCN urgent pour doter la CGT d’une ligne claire sur une position de combat. Le 51° congrès n’avait pas tranché entre une ligne réformiste et une ligne anti-capitaliste, le 52° congrès permettra peut être de sortir enfin de ce flou mortifère entre une ligne de combat et une ligne d’accompagnement.

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0